Retour Page Accueil

Hommage au Pr Claude PARMENTIER

Témoignage Jean François GRENOT OBSIVEN

Bonjour à toutes et à tous,

Claude PARMENTIER sera inhumé demain vendredi à 10h30 à Leuville sur Orge. C'est avec une grande émotion que je représenterai le président JL SANS, le conseil d'administration et par conséquent l'ensemble de l'association des vétérans des essais nucléaires. J'aurai vraiment aimé poursuivre l'OBSIVEN avec la bienveillance du Professeur PARMENTIER, tout comme j'aurai souhaité avoir l'appui du Dr VALATX. Mon esprit reste marqué par leur philosophie et leur sagesse, aussi je me dois de garder cette voie intellectuelle pour assister les victimes sur le plan de la santé.

JF GRENOT http://www.obsiven.org/

Témoignage Association Moruroa e tatou

Le Professeur Claude Parmentier, cancérologue, est décédé subitement le samedi 22 mars 2014 à Leuville-sur-Orge, ville de la région parisienne dont il était conseiller municipal. Il sera inhumé le vendredi 28 mars à 10 h 30 au cimetière de Leuville-sur-Orge, annonce l'association Moruroa e tatou dans un communiqué. Depuis le début du combat de Moruroa e tatou pour la reconnaissance et les droits des victimes des essais nucléaires, le Professeur Parmentier nous a fait bénéficier de sa compétence scientifique qui s’est également accompagnée d’un engagement fidèle à nos côtés. Le Professeur Parmentier a été membre de la Commission scientifique de l’Aven depuis sa création.

Le 30 juin 2006, le professeur Parmentier avait participé au colloque de Papeete sur l’impact sanitaire des essais nucléaires à l’occasion du 40ème anniversaire de la première bombe Aldébaran à Moruroa (2 juillet 1966). Nous avions apprécié sa pédagogie qui a permis à notre public polynésien souvent peu averti des réalités scientifiques de mieux comprendre l’impact sanitaire des essais nucléaires qui affecte encore aujourd’hui très durement notre fenua.

Le Professeur Parmentier a soigné des patientes polynésiennes atteintes de cancer de la thyroïde dans son service de l’hôpital Gustave Roussy de Villejuif. En février 2005, il a publié dans une grande revue scientifique une étude déterminante montrant que ses patientes polynésiennes qui étaient pour la plupart enfants à l’époque des essais aériens (1966-1974) avaient leur système chromosomique trois fois plus altéré que celui d’un groupe de femmes de la métropole atteintes de la même maladie. Il a également participé à l’étude, publiée en février 2008, du Dr Al Rowland de Nouvelle-Zélande sur un groupe de vétérans néo-zélandais des essais nucléaires britanniques montrant le même taux d’anomalies chromosomiques que les femmes polynésiennes, soit trois fois plus que pour des hommes néo-zélandais de la même génération qui n’avaient pas participé à des essais nucléaires.

Les travaux et la notoriété scientifique du Professeur Claude Parmentier et des équipes médicales et d’épidémiologistes avec lesquelles il collaborait ont fait poids, dans l’action de Moruroa e tatou, de l’Aven et de quelques parlementaires, pour faire admettre au gouvernement français la nécessité d’une loi d’indemnisation des victimes des essais nucléaires.

Au cours des débats préparatoires en 2009 et après la publication de la loi en janvier 2010, le Professeur Parmentier est intervenu vigoureusement pour rappeler que « le principe de base en radioprotection reste d’observer la dose la plus faible possible et que ce seuil ne pourrait pas être mesuré, ni chez les vétérans, ni dans les populations civiles ; même avec un film dosimètre, seule l’irradiation externe pourrait être mesurée or, le port des films a loin d’avoir été la règle et surtout le risque de contamination interne a été très important. »Malgré cet avertissement, le comité d’indemnisation de la loi de reconnaissance et d’indemnisation des victimes des essais nucléaires n’a pas tenu compte de cet avis d’un scientifique de renom et rejette 95 % des demandes d’indemnisation au nom d’un hypothétique « risque négligeable ».

Après le décès du Dr Jean-Louis Valatx et maintenant celui du Professeur Claude Parmentier, nos associations en France et en Polynésie perdent de vrais conseils scientifiques dont nous avons tant besoin face aux « experts » du « lobby nucléaire » qui nient ou minimisent les risques des faibles doses de radioactivité, prétexte à refuser leurs droits aux victimes des essais nucléaires.

Moruroa e tatou adresse à son épouse Nicole et à ses enfants et petits-enfants ses sincères condoléances et tient, en publiant cet hommage, à exprimer toute sa reconnaissance à l’égard du Professeur Claude Parmentier au nom des anciens travailleurs de Moruroa et de la population de Polynésie durement touchés par les essais nucléaires qui leur ont été imposés.

Association Moruroa e tatou

Retour Page Accueil


 
aven-acceuil-hommage-pr-claude-parmentier.txt · Dernière modification: 2014/03/27 14:42 par bernadette