Retour Page Actions Politiques

Paris 18 Octobre 2008

C’est à l’Assemblée Nationale, en présence de nombreux membres, que le comité de soutien de l’AVEN s’est réuni le 18 Octobre pour présenter un projet de loi au sein d’une conférence à laquelle la presse a répondu présente.

Ce projet élaboré en commun par des parlementaires tout partis confondus (Centre, PC, PS, UMP, Verts) reprend en grande ligne les revendications des vétérans.

La matinée s’est déroulée avec les interventions du professeur Parmentier citant les derniers résultats obtenus par la recherche en matière de maladies radio-induites (tel que les effets négatifs du tabagisme sur l’influence des pathologies) suivi de celles de Monseigneur Gaillot qui s’est déclaré « effaré du constat de sa visite en Polynésie » et de Monsieur Aubrac « toujours prêt à mener le combat pour la justice et le droit républicain »

Puis une série de témoignages de vétérans et de veuves ont permis à la presse de mieux appréhender notre combat, et les nombreux interviews qui ont suivi ont démontré l’intérêt que celle-ci portait à nos revendications.

L’après midi, afin de sensibiliser au maximum le grand public, une délégation composée de Raymond Aubrac, Monseigneur Gaillot, Hélène Luc (Sénateur) Patrice Bouveret (CDRPC) Michel Verger et Jean-Luc Sans (AVEN) accompagnée d’un cortège d’une centaine de vétérans avec banderoles et mégaphone, scandant « Vérité et Justice pour le vétérans des essais nucléaires » s’est rendue à l’hôtel Matignon pour déposer les pétitions du comité de soutien.

Mais les services du premier ministre, informés depuis fin Juin de cette manifestation, ont gardé porte close, seule la délégation à pu s’approcher jusqu’a la porte, entourée de journalistes et d’un impressionnant service d’ordre (six cars de Gendarmes mobiles).

Ainsi cette pétition, de prés de 12000 signatures d’anonymes mais aussi de personnalités politiques (locales et nationales) de médecins, ainsi que des associations telles que l’ARAC ou la FNACA , est restée dans son carton sur le marches du ministère malgré toutes les tentatives de la délégation.

Il est dommage que le cortège n’est été composé que d’une centaine de membres de l’AVEN, venus en majeure partie de province, car une plus grande mobilisation notamment des adhérents Ile de France aurait permis un blocage de Matignon plus efficace et une porte ne serait peut-être pas restée fermée.

Il est à retenir les paroles de Raymond Aubrac à la presse devant cette porte fermée:

« Je me suis battu pour la liberté et la république, je m’aperçois qu’il va falloir encore se battre, et je suis prêt. »


Retour Page Accueil



 
aven-accueil-actions-politiques-18-octobre.txt · Dernière modification: 2016/12/14 15:48 par bernadette