Retour Page d'Accueil

Retour Page assemblées générale

Allocution de J.Luc Sans le dimanche matin à l’AG après lecture du rapport d’activité :

En Juin 2006., dans cette même salle à Montauban, vous m’avez fait l’honneur de m’élire au Conseil d’Administration.

Mon 4em mandat s’achevant aujourd’hui, j'ai décidé de me retirer après 12 ans consacrés exclusivement à la défense des vétérans des essais nucléaires,

dont 9 en tant que Président, avec un seul objectif : obtenir l'indemnisation des victimes.

Pour cela j'aurais rencontré (de mémoire) 2 chefs d'Etat, 18 Ministres, 105 Sénateurs et 230 députés.

Initié un texte de Loi (avec Michel Verger)

Déclenché deux commissions d’enquêtes parlementaires, négocié trois modifications de la Loi Morin.

Participé à plusieurs plateaux Télévisions sur toutes les chaines et répondu à peu près à toutes les radios et presses écrites.

J'ai été souvent critiqué, parfois même sali, avec des vocabulaires par moment des plus approximatifs,

mais nul ne m'a détourné de mon objectif que j'ai suivi avec acharnement et conviction.

Aujourd'hui les indemnisations sont effectives. Il reste la reconnaissance à obtenir et je continuerai à y travailler avec le nouveau Président.

J’ai décidé, désormais, de m’occuper de mes proches et égoïstement de moi.

Mais je n’oublie pas tous ceux présents, il y a 12 ans et qui sont absents aujourd’hui :

Nathalie, la première secrétaire de l’Aven, emportée à 35 ans.

Jean-Louis Valatx, partit en janvier 2009 qui m’avait donné quitus pour élargir le panel relationnel de l’Aven

Jean-Marc Burban, responsable Loire Atlantique qui avait obtenu de la Mairie de Nantes la première banderole de l’AVEN.

Jean-Marie Charbonnier, excellent gestionnaire de la difficile AG de Lormont.

John Doom fondateur de Moruroa et Tatou,

Bruno Barrillot, formidable documentaliste lanceur d’alerte, élément déclencheur de la naissance de l’AVEN.

Et plus près de nous, Jean-Pierre Gaillet, pressenti pour intégrer le bureau, et Jean-Louis Ferrer, vice-président, chargé de l’administratif.

A cela je voudrais ajouter un hommage à celles ou ceux que j’appelle les petites mains de l’AVEN,

celles ou ceux qui restent dans l’ombre mais qui sont des appuis essentiels pour les responsables de l’AVEN,

je veux parler des conjoints.

A ce sujet j’aurais une pensée particulière pour Chantal Reynier épouse de notre ami Georges, elle aussi envolée trop jeune vers d’autres cieux.

Mais je ne lâche pas complètement l’AVEN, et reste à la disposition du prochain Président en ce qui concerne les relations médiatiques et politiques.Si vous m’en donnez quitus, je continuerais également à défendre les vétérans qui le souhaitent devant le CIVEN.

En effet, les résultats obtenus, et les propos du Professeur Béhar, hier après-midi, démontrent mon utilité en la matière

et j'estime qu'il serait irresponsable de ma part d'abandonner cette mission.

L'AVEN a d'autres combats à mener concernant le suivi des enfants de vétérans. Les rencontres internationales que j'ai initiés depuis 2012, démontrent les problèmes de santé des descendants de vétérans des essais Français,

Américains et Anglais, ainsi que sur les populations victimes. Aussi, au travers de l'OBSIVEN, que j'ai créé, et dont j'assume la présidence,

je reste attentif aux conséquences des essais nucléaires sur le plan national et international.

Merci à ceux qui m'ont soutenu, merci à ceux qui m'ont aidé,

quant aux habitués de l'immobilisme critique je les ai déjà oubliés, car je reste dans l'action,

sachant que rien ne peut jamais arriver à celui qui attend.

Encore merci et bon vent à tous.



 
aven-accueil-ag-2018/jls.txt · Dernière modification: 2018/10/31 13:09 par bernadette