Retour Page les échos du Pays de la Loire

Retour Page les réunions du Pays de la Loire

Les articles de Presse du Pays de la Loire 2015

Pas d'indemnisations à Nantes

Article: Le Télégramme du 28 juillet 2015

Le tribunal administratif de Nantes a débouté la veuve d'un militaire qui contestait le refus que lui avait opposé le Comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires (Civen). L'épouse du militaire, originaire de Saint-Nazaire (44), estimait que les six cancers (peau, prostate, poumons…) de son mari décédé en 2012, à l'âge de 68 ans, après avoir contracté, en outre, la maladie de Parkinson, étaient imputables aux essais nucléaires faits lors de son service militaire en Polynésie française, en 1966 et 1967. Pour son avocat, la victime était même « l'un de ces cas emblématiques, qui sont à l'origine de la création » du Comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires (Civen). En audience publique, devant le tribunal administratif de Nantes, il avait estimé qu'en l'espèce, les conditions d'indemnisation étaient « largement remplies » puisque le défunt « transportait du matériel sur le site même des essais nucléaires ! Il a ainsi développé six cancers primitifs à partir de 53-54 ans, alors qu'il n'y en avait eu aucun dans sa famille jusqu'alors. Mais, tout ce que l'administration trouve à redire, c'est qu'ils arrivent un peu tard après son service militaire ! On sait pourtant que les cancers peuvent se déclarer des dizaines d'années après ».

Pas de contre-expertise

De son côté, le tribunal administratif de Nantes n'a rien trouvé à redire à la méthode d'évaluation du Civen, souvent décriée par les vétérans des essais nucléaires, et qui « s'appuie sur les méthodologies (…) recommandées par l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique) ». Si la requérante les conteste, « elle ne propose pas de méthode alternative ou reconnue comme préférable par la communauté scientifique ». Le même tribunal a également rejeté, dans un jugement distinct, mais en des termes similaires, la requête d'un autre militaire, originaire de Pornichet (44), décédé en décembre 2013 à l'âge de 66 ans. Il avait demandé de son vivant à être indemnisé par le Civen pour le cancer du côlon qui s'était déclaré 44 ans après son service militaire en Polynésie française. Les juges nantais ont également débouté un habitant de Saint-Gildas-des-Bois (44), âgé aujourd'hui de 71 ans, qui s'était vu diagnostiquer un cancer du rein en 2005, quarante ans après son service militaire dans le Sahara où il avait assisté à trois essais nucléaires alors qu'il était chauffeur d'officier.

Retour Page d'Accueil



 
aven-accueil-pays-de-la-loire-les-echos-presse-2015-28-juillet-essais-nucleaires-pas-d-indemnisations-a-nantes.txt · Dernière modification: 2016/12/25 17:42 par bernadette