Retour Page Accueil

Avis de décès

Hommage Jean-Louis FERRER

C’est sous une canicule que nous nous sommes retrouvés 11 vétérans pour un émouvant hommage à notre ami et vice président de l’Aven le 1er Août à 14h30 à l’église de son village.

Venus du Tarn et Garonne avec le drapeau, du Lot, du Tarn et de l’Hérault.

Jean Luc notre Président m’ayant demandé de le représenter c’est avec beaucoup d’émotion que j’ai lu l’hommage qu’il m’avait fait parvenir et- que vous trouverez ci dessous.

Notre ami ayant été incinéré il n’y a pas eu de réunion au cimetière, nous avons donc remis une plaque qui sera déposée sur son caveau ainsi qu’une gerbe.

Arlette DELLAC

Il y a dans la vie des personnages qui méritent d’être connus.

Jean-Louis faisait partie de ces hommes

Enfant du midi, à l’heure de l’apprentissage, Jean-Louis est parti apprendre la mer en s’embarquant sur le navire école Paul Bousquet à Sète.

On le retrouve plus tard inscrit au rôle d’équipage à bord du paquebot Le La Bourdonnais sous pavillon des Messageries Maritimes, assurant la ligne de l’Océan Indien. (Marseille via Suez, Afrique Orientale, Mascareignes)

Nous aurions pu nous rencontrer à Moruroa, ou il accomplissait son temps légal en tant que Bosco sur le bâtiment base Médoc de 1971 à 1972, date entre lesquelles j’étais également présent mais sur un autre bâtiment.

A son retour il choisit la Gendarmerie et fait ses classes à Berlin avant d’être affecté à la brigade de St Laurent de Mure, puis passant son concours d’Officier de Police Judiciaire il intègre la brigade de recherche de Montpellier sous le grade de Maréchal des Logis Chef avant d’achever sa carrière Militaire avec le grade d’Adjudant à La Grande Motte.

Retiré à Montbazin à quelques encablures du Pignan de son enfance, il restera au service de la population en tant que modeste Policier Municipal, puis se souvenant d’avoir subi 5 tirs d’essais nucléaires en Polynésie, il est dans les premiers à rejoindre l’Association des Vétérans des Essais Nucléaires. Président Départemental puis membre du conseil d’administration, son charisme naturel et son pragmatisme m’amène à lui proposer d’intégrer le bureau et de m’épauler en tant que vice-président administratif.

Homme de dialogue et de vive intelligence, j’ai pu apprécier son autorité naturelle et son adresse à régler les conflits et gérer les imprévus. Discret, les égos démesurés que l’on rencontre souvent dans les associations, le faisait sourire, lui qui n’a jamais fait allusion à sa médaille d’Or de la Défense Nationale ni à ses multiples citations ou félicitations de la part de sa hiérarchie.

Nous n’étions pas amis au sens littéral du terme, mais simplement proches camarades dans le combat et la gestion de l’AVEN.

Mais nos idées, notre approche commune de certains sujets généraux, ou plus intimes telle que la pudeur devant la maladie, nous aurait conduit à sceller une amitié durable ; la grande horloge ne l’a pas voulu.

Adieu notre camarade, adieu mon ami, te voilà sur le chemin de la paix définitive, sache que tu fais partie de ces hommes que l’on n’oublie pas.

J.L.Sans

Haut de page

page d'acceuil



 
hommage-jean-louis-ferrer.txt · Dernière modification: 2018/08/08 15:59 par bernadette